12 avril 2008

Choubidou, bidou Wahhh !

Putain de merde. La vérité, c'est que j'ai peur. Tout le temps constamment. Peur de vivre tout simplement. Tous les matins quand je me réveille, je me dis que c'est peut-être le dernier jour de ma vie. C'est triste comme pensée, morbide, morose. A quoi pensent les gens quand ils se lèvent le matin ?

Puis, je m'en veux, je m'en veux beaucoup, parce que je n'ai aucune maladie, je n'ai aucune raison de mourir demain ou même dans deux semaines. J'ai peur des morts qui arrivent comme ça et qu'on explique par ce petit truc qui s'appelle le destin. J'ai peur pour les autres aussi. Et si c'était la dernière fois que je le(s) revoyais ? Il faut bien vivre, il faut bien avancer, alors je m'efforce de combattre mes peurs, elles sont irrationelles. Je me suis efforcée de sortir en boite la fois dernière, par envie, mais aussi et surtout pour combattre ma peur. C'est bête je sais, mais sortir en boite, veut dire revenir de boite, il peut se passer n'importequoi. Il peut aussi ne rien se passer, je ne vois pas le coté positif des choses. Parfois, j'ai juste l'impression qu'il n'y a pas de justice. Je me sens bête, tout s'est toujours bien passé pour moi, ainsi que dans ma famille. Quand je vois que dans d'autres, les gens ont des cancers, des maladies en tout genre, des morts qui sont là et on ne sait pas pourquoi. Cette idée me bouffe. Je ne crois pas en un Dieu incertain. Juste l'impression que tout ce qui est arrivé de bien finira par se retourner un jour contre moi, c'est pas vrai, on ne peut pas être juste heureux toute sa vie. Je vis avec l'idée qu'il va forcément se passer une couille un jour ou l'autre. En attendant je devrais profiter !

Juste peur d'être coupée en plein vol. C'est comme si je me préparais constamment à perdre quelqu'un que j'aimais, un travail de deuil constant et pourtant je suis persuadée que si je perdais vraiment quelqu'un que j'aime, tout ce "travail de préparation", ne servirait à rien, le chagrin serait le même. Parfois, je pense à des choses incroyablement tristes et je me demande si je m'en reléverai si ça m'arrivait.

Je me sens névrosée, bête et stupide. Je me sens nulle, conne, folle. J'ai parfois l'impression de sombrer et pourtant je me bats, pour sourire, pour rire, pour oublier tout ça. Mais ça revient sans cesse. Parfois je craque, il est là, me supporte. Parfois, le matin, je voudrais rester sous ma couette toute la journée, je me sens protégée enfouie là-dessous. J'ai l'impression que rien ne peut m'atteindre.

Puis, j'ai peur de ne pas avoir l'avenir qu'on s'est imaginé tous les deux :). J'ai peur d'être coupé en plein vol. Ma vie doit redevenir légère. Je n'aspire qu'à ça. A ne plus penser à ces idées de mort qui me pèsent. J'aspire à me lever le matin, à prendre mon petit déj, à passer ma journée de façon légère, à me réjouir de choses normales, à déprimer quand j'ai foiré un exam, des trucs simples, normaux, que je n'arrive plus à faire.

STOP

Posté par popss à 19:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Choubidou, bidou Wahhh !

Nouveau commentaire